Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 07:07
 Tu avais écrit ces mots,
prémonitoires peut-être bien :
2487135573_dc48b1d44c.jpg
"Je suis lierre
Acrrochée de toutes mes forces 
Je m’enlace, tout contre… 
Je me nourris de peu.
A moins de me couper à la racine
Je ne lâcherai pas prise..."


Une lettre ancienne qu'on dirait retrouvée dans une boîte en carton, où s'entassent aussi des photos jaunies de visages qu'on ne reconnaît pas tout de suite, dessinés et diaphanes, noir et blanc comme des épousés sous la dentelle qui les borde

On cherche des ressemblances, une histoire  où on pourrait être quand même.
On se rappelle d'un lieu où on était ensemble et c'était quand ?
La date ne revient pas,
on l'invente,
on l'approximative,
on s'en fiche finalement,
puisque le lierre, déjà, poussait 
qu'on le voit à présent grandi dans nos fissures,
et dans ce qu'on ne  savait pas encore,
quelques-uns de nos songes.
Une mémoire vive,  
"Je m'enlace tout contre,   
à moins de me couper à la racine".

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

isabelle b 22/12/2010 10:31


texte d'une grande beauté une pure merveille!


brigitte giraud 22/12/2010 12:28



Oh isabelle b ! Bonheur de te lire, tu sais !



giulio 22/12/2010 10:02


@ Christiane: dommage, je n'y connais rien. Brigitte, Helenablue, Feuilly, Deb, Zoe ou Jalel ne semblent pas avpir trop de problèmes...


christiane c 21/12/2010 19:32


@Giulio. Grand dilemne en ce qui concerne le choix d'un hébergeur de blog. On me propose "SUD-OUEST" ou "OVER BLOG", quel serait votre choix, tout en sachant que je n'y connaît pas grand chose et
que des amis m'aideront à le construire?
Bonne soirée


marie-claude 21/12/2010 19:11


non, je n'aime pas le lierre !
pourtant j'aime à me souvenir, mes racines me font vivre mais le lierre envahit trop ...
amitié .


brigitte giraud 21/12/2010 22:31



L'image de ce qui tient bon du maëlstrom de la vie.


Bonne soirée à toi, marie-claude.



giulio 21/12/2010 19:10


@ Christiane : du boa ? Oui, il peut y avoir de ça, parfois. L'amour peut être étouffant. C'est souvent le cas de l'amour maternel ou de l'amour passion jaloux. Il faut savoir dire, comme le
lierre, j'ai besoin de toi, mais ne jamais aller, comme lierre, jusqu'au "tu m'appartiens".

On aurait beaucoup moins de problèmes rélationnels tous azimuts, si l'on tenait toujours présent, que dans cette vie, tout ne nous est que prêté.

Un bog? Super! J'attends la crémaillère.


christiane c 21/12/2010 18:46


@Giulio (pas de faute cette fois) Le lierre avec ses racines-crampon enserre son support tel un boa étrangleur. Quand est-il, si l'amour s'accroche comme le lierre. Nous mourons étouffé par ce
grand sentiment.
Début de l'année prochaine, j'ouvre un blog. Peut-être nous nous y retrouverons ?
Bonne soirée Giulio.
Christiane


giulio 21/12/2010 18:02


"Je m'enlace tout contre,
à moins de me couper à la racine"

phrase de passion : splendide, douloureuse et insensée.

Christiane a raison... aussi bien botaniquement que spirituellement. On n'accroche rien à des souvenirs que l'on ne conserve que, à la rigueur, pour en sourire, attendri. Les racines, tant du
lierre que de l'amour poussent tout le long, épousent tous les contours et en permanence.


brigitte giraud 21/12/2010 22:45



Notre lierre ne s'égare pas, ni ne nous étouffe. Il est là, dans son indéfectible présence. Comme un sentiment qui ne s'anémierait pas.



christiane c 21/12/2010 15:51


Peu importe si l'on coupe le lierre à sa racine, il repousse quand même à revenir s'accrocher à son support bien aimé. Retrouver ses souvenirs même poussiéreux, ils font partis de nous.
Je t'envoie un mail ma Douce
bisous
christiane


brigitte giraud 21/12/2010 22:33



Oui, voilà, quelque chose pousse, parce qu'on l'a voulu. C'est cela qui est formidable !



DEB 21/12/2010 12:00


Mon Dieu qu'ils sont beaux ces textes mêlés ! Une valenciennes à quatre mains de la plus grande finesse. Un bijou, vraiment !


brigitte giraud 21/12/2010 15:17



merci pour nous deux, deb. La beauté l'appelle alors, va savoir ! on la fait si formidablement.



C comme Corinne 21/12/2010 08:08


Les mots, les images viennent en flash. Hier, aujourd'hui...peu importe puisque nous avons demain.


brigitte giraud 21/12/2010 15:19



Ho oui, et c'est "épatant". J'aime bien ce mot-là, un peu désuet, "épatant". Nous le remettrons au goût de nos jours, ceux-là qui nous épatent. Je te serre doux, Corinnette !



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche