Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2013 4 23 /05 /mai /2013 18:36

Le Métèque est mort et ça me fait peine. J'ai grandi avec lui, il m'y a aidée. Lui aussi.

Liberté était un mot noble dans sa bouche. J'étais toute petite, et je savais qu'il y avait des mots perles rares, comme celui-là,  grâce à lui. A lui aussi. Georges Moustaki a participé à mon apprentissage de la noblesse des mots.  Liberté. C'était avant Camus. Très largement avant. Il pleut. Même si je l'ai un peu abandonné par la suite, lui et ses chansons, pas le chemin. Je retiens de lui ce mot. Peux pas faire autrement. C'était tellement mélodieux ! Ca l'est toujours et ceux d'amour, de bonheur permanent  et de révolution

Je ne sais pas de mot plus difficile que celui-là. Liberté. Responsabilité de sa liberté. Des mots ? Pas que des mots et de la musique autour ! Tout le monde en est fascinés.  Et tout le monde est piégé, se piège, n'y entend rien. Presque tout le monde. Liberté. On la reprend en coeur et on l'emprisonne, oui, il bien raison Moustaki. De plus en plus. Plus on vieillit, et plus on la massacre, on dirait.

 Georges Moutaki, aujourd'hui qu'il est mort, me "ramène" encore, éloigne des infos et de la bêtise. De l'humain brutal et brutalisé, de l'inessentiel, quoi ! Une   nostalgie me prend. Il pleut toujours.


 

 

 

 

 

 

Published by brigitte giraud - dans Mémoire vive
commenter cet article

commentaires

marie-claude 24/05/2013 12:48

Je déclare l'état de bonheur permanent !
soyons responsable ... et vivons !
amitié .

brigitte giraud 26/05/2013 12:54



Vivons ! Puisque nous sommes vivants, soyons-le !


Amitiés.



Présentation

  • : Le blog de Brigitte Giraud
  • Le blog de Brigitte Giraud
  • : Donner mon regard sur le monde, ce qui me réjouit en cela que c'est la seule chose possible de faire.
  • Contact

Recherche